Guanches, premiers habitants des îles Canaries | La sagesse sur Terre (1)

Guanches, premiers habitants des îles Canaries

Cette foi il ne sera pas question d’un peuple premier en danger, mais d’un peuple disparu, les  Guanches,  premiers habitants connus des îles Canaries.

Statue actuelle représentant un guanche

Ces peuples d’origine berbère, voire plus anciens encore, et de souche Cro-Magnon, vivaient encore à l’âge de pierre lors de l’arrivée des Européens pendant le Moyen Âge, mais ils pratiquaient déjà l’art de la poterie, avaient des connaissances en astronomie, savaient compter, et utiliser les plantes pour se soigner. On a même trouvé des traces de trépanations, sans doute faites à des fins curatives.

Généralement ils vivaient dans des grottes, parfois dans des huttes. Leur nourriture était à base de fruits, porc et viande de chèvre, également lait et beurre tirés de celles-ci
Les vêtement étaient faits de cuir cousu ou de fibres tressées

Si leur culture a disparu en tant que telle, elle a laissé quelques vestiges.

Au cours de la colonisation une partie de leur culture a été intégrée par celle des espagnols, on fête aujourd’hui encore à Ténériffe des dates correspondant à des événements guanches.

La festivité du Beñesmer, une importante fête du calendrier agricole des guanches, lors de cette fête les guanches partageaient du lait, du gofio (aliment à base de céréales grillées), de la viande de chèvre ou de brebis . Cette fête à été assimilée avec la pérégrination à la basilique de la Vierge de la Chandeleur car, après la colonisation, il y a eu un syncrétisme entre la déesse Chaxiraxi et la Vierge de Chandeleur et sa fête a lieu le 2 février, bien que son apparition soit normalement fêtée le 15 août.

La fête de l’année nouvelle Guanche a aussi été assimilée par syncrétisme avec la fête de la Saint Jean.

On trouve également des vestiges significatifs des traditions guanches dans des fêtes actuelles comme dans la Romería de l’Aide à Güímar, la fête du Corpus  dans la vallée de l’Orotava, le Poleo à Icod de Los Vinos

Un dragonnier qui aurait 2500 ans à Icod de los vinos

Le dragonier, arbre symbole de Ténériffe, était sacré pour les guanches, lesquels l’utilisaient pour fabriquer des produits de médecine naturelle.

Certains mots de leur langue ont aussi été intégrés, essentiellement ceux utilisés par les bergers ainsi que les noms de lieux y compris le mot Ténériffe qui vient du nom d’un grand roi Guanche appelé Tinerfe.

 

***

La religion des guanches était basée sur les éléments naturels, dans leur panthéon on retrouve:

Magec (le soleil) Dieu suprême et créatif

Acahaman (les cieux). Le dieu bon, le dieu de la chance et de ce qui est bénévole

Guayota, dieu sous forme d’un chien laineux, était identifié avec un démon, il habitait dans Echeide (l’enfer), aussi identifié avec le Volcan du Teide.

Chaxiraxi ( la Déesse – Mère) ensuite christianisée comme la Vierge de la Chandeleur.

Dieux « paredros » (divinités masculines ¨inférieures¨) ou domestiques, médiateurs entre les hommes et la Grande Mère Céleste avec des pouvoirs surnaturels, et gardiens de lieux spécifiques.

Les principales fêtes et rites étaient orientés vers la Déesse-  Mère Chaxiraxi, et  l’esprit suprême et créateur. Ils vénéraient aussi les morts, et les ancêtres.

Reconstitution d’un autel guanche au sommet de Garajonay

Les morts étaient enseveli le plus souvent dans des grottes, et les sépultures collectives étaient courantes, des murets étant érigés pour compartimenter les corps en diverses niches.

Très souvent le défunt était momifié, l’éviscération préalable n’était pratiquée que pour les nobles et les notables, mais le cerveau n’était jamais extrait comme en Egypte ancienne. Le corps était ensuite recousu et exposé au soleil pour dessèchement, avant d’être ceint de bandelettes végétales et enveloppé d’un linceul en peaux travaillées. Les momies exhumées depuis les grottes ont été retrouvées souvent enveloppées de jonc, avec leurs viscères placées dans des récipients déposés près du corps, ce qui n’est pas sans rappeler l’utilisation des vases canopes

Sur le site de Güímar se dressent plusieurs pyramides à étages, avec une orientation nord-sud sur l’axe du solstice d’été, certainement à caractère cérémoniel, voire astronomique.

***

La création du « monde » selon les Guanches

Guayota vivait dans le volcan Teide (Echeide, l’enfer), Guayota était un démon, le roi du mal. Selon la légende, Guayota a kidnappé le  dieu Magec (dieu la lumière et du soleil), et l’a entraîné à l’intérieur du Teide. Les guanches ont eu recours à  la clémence d’Achamán, leur dieu suprême. Achamán est parvenu à mettre en échec  Guayota, à sortir Magec d’Echeide et fermer le cratère. Le bouchon placé par Achamán est appelé Pain de Sucre, ce dernier est un cône, de couleur blanchâtre, qui couronne le Teide.

Un séisme a ensuite fractionné l’île d’Echeide, jusqu’à ce que soient créées les sept Iles Canaries: Tyterogaka (Lanzarote), Erbane (Fuerteventura), Tamarán (Gran Canaria), Achined (Tenerife), Gomera (la Gomera), Benahoare (le Palmier) et Ezeró (le Fer).

Depuis lors Guayota reste enfermé dans le Teide, quand le Teide entrait en éruption, les guanches avaient coutume d’allumer des feux afin d’effrayer Guayota. Une autre version dit que ces feux servaient pour égarer  Guayota s’il arrivait à sortir d’Echeyde,  afin qu’il se croit  toujours en enfer et continue son chemin

La création de l’Homme :

A l’origine il y avait Achamán, dieu puissant et éternel qui se suffisait à lui-même. Avant lui était seulement le néant et le vide, la mer ne reflétait pas le ciel et la lumière manquait encore de couleurs.

Achamán avait aussi pour nom Abora et aussi Alcorac. A lui toutes les créatures devaient leur existence, car il a créé la terre et l’eau, le feu et l’air, et toute la vie qui animaient ces créatures. Achamán habitait les hauteurs et parfois les sommets des montagnes, pour se réjouir en considérant ce qui devant son regard s’animait.

Un jour Achamán s’est arrêté au sommet d’Echeyde. De là son oeuvre lui a paru davantage belle et parfaite, comme s’il la découvrait pour la première fois, et il a pensé qu’il devait la partager. Il a alors décidé de faire les êtres humains pour qu’eux aussi admirent ce qui était créé, pour qu’ils en fassent usage et pour qu’ils le conservent.

Le Teide

Un siècle après la conquête, les quelques 70 000 Guanches estimés en 1402 ( 30 000 sur Ténériffe et autant à Gran Canaria ) avaient déjà étés réduits au tiers au début du XVIe siècle. Cette baisse drastique de leurs effectifs était due moins aux guerres contre l’envahisseur qu’à leur asservissement à esclavage en Espagne, une épidémie acheva de décimer les survivants.

Cet article a été lu 19487 fois par 6782 lecteurs

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

excellent

Bonsoir
je voudrais savoir la taille des guanches
merci d’avance
Cordialement
r.ruesch

Peut-on dire que les Guanches vivaient à l’âge de pierre au 16e siècle? D’une part, j’ai lu sur un autre site qu’ils avaient un alphabet (ils avaient été en contact avec les Phéniciens dans l’Antiquité) ; d’autre part ils sont à 100 km seulement du Maroc,et il paraît difficile qu’ils n’aient eu aucun contact avec le continent. « Âge de pierre » suggère qu’il s’agit d’un peuple préhistorique ; n’est-ce pas pour les Espagnols un moyen de dévaloriser un peuple ennemi ?

Bonjour,il y’a un livre « le testament de la vierge » écrit par Anton Parks qui parle de ce peuple.Je vous conseil de le lire pour pouvoir avoir plus de précision sur ce peuple et ses origines.Merci pour l’article en tout cas,ça me permait de faire le lien avec beaucoup de choses.

c’est une methode tres encourageante,d’ailleur il faut de telle methode pour la securité et l’autosuffisance alimentaire en Afrique.
Je suis technicien en amenagement hydro-agricole au Bénin (Afrique de l’ouest),je vous en prie de me fournir assez de renseignement sur cette methode methode culturale(la riziavipisciculture)afin de la pratiquer en afrique et au Bénin en particulier.

Il y’a un article sur les tests génétiques effectuaient sur les habitants des îles canaries ils s’avèrent que seuls les femmes guanches ont survécut à cette colonisation (mariage/viol de ces femmes) et que les hommes ont été massacrés. Je suis triste que cette population berbère ait disparu a cause du génocide par les espagnols. Cela me fait penser a d’autres berbère cette fois d’Espagne massacré pendant la reconquista.
Longue vie a l’ethnie berbère.

les vestiges du continent disparu. Les guanches, étaient les instructeurs des egyptiens. ils leurs ont transmis la connaissance.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)